Les débuts du tabi

La ville de Gyōda et ces alentours sont situés entre deux grandes rivières : la rivière Tone et la rivière Ara. Le sol sablonneux qui s’accumule lors des crues, une source importante en eau et les températures élevées en été étaient les conditions optimales pour faire pousser le coton et l’indigo. À l’ère moderne, la région a prospéré grâce à la production de tissus de coton teints à l’indigo. En utilisant les techniques de tissage développées dans la ville, les gens ont commencé à fabriquer des tabi en utilisant ce tissu comme matériau brut.

Patrimoine japonais de Gyōda | Artisan fabriquant de tabi

Artisan fabriquant de tabi

Selon la légende, l’origine des tabi de Gyōda remonterait à l’ère Jōkyō (1684-1688) lorsque Kameya a commencé à se spécialiser dans la vente de tabi. De plus, une carte de Gyōda datant de l’ère Kyōhō (1716-1735) indique trois magasins de tabi ce qui montre que la production de tabi avait démarré au début du XVIIIe siècle. La légende raconte que les domestiques du domaine d’Oshi encourageaient les femmes à fabriquer des tabi pendant l’ère Kyōhō et que la manufacture de tabi s’est développée dans la région. Les tabi de Gyōda sont devenus très connus et sont même mentionnés dans le « Livre d’images des trésors trouvés le long du Tōkaidō et du Kisodō » de 1765 ainsi : « Les tabi matelassés d’Oshi sont une spécialité locale ». Les tabi pouvaient être vendus relativement librement car il n’y avait pas de guildes ce qui a permis d’accélérer la production de tabi. À l’ère Tenpō (1830-1844), il y avait jusqu’à 27 magasins de tabi le long des rues de Gyōda.

Patrimoine japonais de Gyōda | Sashi tabi (tabi matelassé)

Sashi tabi(tabi matelassé)

Développement de l’industrie des tabi et construction des entrepôts de tabi

À l’ère moderne, la demande a augmenté avec la vulgarisation des tabi. Les marchands de tabi de Gyōda ont agrandi les chaînes de vente en marchandant directement dans les régions de Tohoku et de Hokkaido et avec à la production de tabi pour des utilisations militaires, Gyōda a progressivement supplanté d’autres sites de production. Des machines à coudre spéciales pour chaque étape du travail ont été introduites pour fabriquer les tabi et le boom économique lié à la guerre russo-japonaise a déclenché une explosion du nombre de constructions d’usines de tabi. Les usines ont été construites les unes après les autres dans les arrière-cours des propriétés de marchands.

Le volume de production augmentant, les entrepôts de tabi sont devenus nécessaires pour entreposer les produits jusqu’à l’automne quand les ventes battaient leur plein. En plus de reconvertir des entrepôts en argile déjà existants, de nombreux entrepôts de tabi ont été construits aux extrémités des propriétés.

Gyōda s’est développée autour du château d’Oshi connu pour avoir résisté à l’assaut d’Ishida Mitsunari qui a tenté de l’inonder. Au début de l’ère moderne, les châteaux et les villes autour de ceux-ci ont connus un redéveloppement et des taxes ont été prélevées par rapport à la taille de la façade de chaque propriété. En conséquence, des quartiers se sont construits avec des rues longées de grandes propriétés rectangulaires avec une petite façade et une grande profondeur. À l'ère moderne, Gyōda a servi de ville de poste le long des routes de Tatebahashi et Nikko connectant Kōnosu/Fukiage et Tatebayashi et ainsi il y avait une allée entre les maisons qui menaient à l’arrière-cour pour prendre soin des chevaux. Plus tard, lorsque les gens n’ont plus eu besoin de s’occuper des chevaux, ils ont construit des usines et entrepôts de tabi dans les arrière-cours inutilisées.

C’est ainsi que la disposition architecturale unique aux marchands de tabi s’est formée sur ces sites rectangulaires avec des structures en ligne de l’avant à l’arrière du terrain avec d’abord un magasin et une résidence, une cour pour les invités, une usine, un entrepôt de tabi et un sanctuaire yashiki-inari pour la protection contre les incendies. Des mesures contre les incendies et le froid ont également été prises comme enduire uniquement la façade nord pour protéger du vent du Nord et avoir très peu de fenêtres sur la façade nord-ouest.

La construction des entrepôts de tabi de Gyōda a commencé à la fin de l'époque Edo, voire plus tôt, et les bâtiments ont empêché le grand incendie de 1846 de se propager. Ils ont une architecture intérieure unique avec de nombreux piliers le long des murs afin de réduire le nombre de piliers centraux, ce qui facilite la gestion des produits et matériaux. Les sols étaient également surélevés pour une meilleure ventilation sous le plancher. Avant les années 1900, seuls des entrepôts en argile de style japonais ont été construits. Puis à partir de la fin de l'ère Meiji, les techniques d’architecture de style européen ont été introduites avec la forme des toits des entrepôts en argile et les entrepôts en pierre. Pendant l'ère Taishō, de grands entrepôts de tabi ont été construits. Et à la fin de l’ère Taishō, les entrepôts en brique avec une armature en acier ont commencé à apparaître. Pendant l'ère Shōwa, certains entrepôts ont été construits avec du béton renforcé, du mortier et du bois. Des entrepôts de tabi de différents types et tailles ont été construits pendant l'ère Shōwa avant la guerre. Les structures en pierre sont devenues courantes après la guerre en raison d’une pénurie en bois mais la construction d’entrepôts de tabi a continué jusqu’à la fin des années 1950.

Patrimoine japonais de Gyōda | Entrepôt d’après-guerre (entrepôt de Kōshi)

Entrepôt d’après-guerre (entrepôt de Kōshi)

Contrairement aux autres villes avec des entrepôts, Gyōda a une grande diversité d’entrepôts grâce à l’introduction progressive de nouveaux styles architecturaux sur plus d'un siècle. La raison derrière cela est l’approche unique prise par l’industrie des tabi de Gyōda qui consistait à ne pas fusionner pour devenir de plus grosses sociétés alors que la production augmentait mais à avoir des disciples installant des magasins indépendants au même nom. Cela a conduit à une augmentation du nombre de marchands de tabi et d’entrepôts avec plus de 200 PME coexistant à l’âge d’or de l’industrie pour former une immense zone de production de tabi.

La ville n°1 des tabi du Japon

Les marchands de tabi ont agrandi les chaînes de ventes dans les régions de Tohoku et de Hokkaido et plutôt que faire la distribution via des grossistes, chaque marchand créait un réseau exclusif de vente dans chaque région. Par exemple, Hachinohe était couvert par le magasin Rikiya Tabi, Osarizawa Mine par le magasin Dofu Tabi, etc. Les marchands ont coopéré les uns avec les autres et ont progressivement étendu les chaînes de ventes au Japon et à l’étranger.

Patrimoine japonais de Gyōda | Zeri (gauche), snacks frits (droite)

Zeri (gauche),snacks frits (droite)

À cette époque, les habitants de Gyōda de tout âge et tout genre passaient leurs jours et nuits à fabriquer des tabi dans les usines et chez eux. Le son des machines à coudre résonnait dans la ville. Les snacks frits faciles à manger et ressemblant à des okonomiyaki et les zeri, similaires à des croquettes avec de la pulpe de soja (okara), sont devenus populaires auprès des femmes dans les usines qui donnaient chacun de leurs instants à la fabrication de tabi. Les snacks frits et les zeri ont intégré la culture gastronomique locale. Les légumes marinés narazuke étaient également des cadeaux populaires offerts aux clients et sont devenus une spécialité de Gyōda.

Au sommet de sa prospérité entre 1938 et 1939, Gyōda était devenu le plus grand producteur de tabi au Japon avec environ 80% de la production de tabi japonaise. Comme le montre les paroles suivantes de la chanson Gyōda Ondō : « Souviens-toi toujours des tabi de Gyōda », les tabi et Gyōda sont devenus indissociables faisant de Gyōda la « ville n°1 des tabi du Japon ».

Ville des entrepôts de tabi transmettant et développant les traditions

Des tabi sont encore fabriqués à Gyōda même si les chaussettes sont communément portées. En tant que premier producteur au Japon, Gyōda livre de nouveaux produits au Japon et à l’étranger et est devenue synonyme de tabi.

Environ 80 entrepôts de tabi de différents types sont encore présents et symbolisent la prospérité de l’industrie des tabi. Avec le son des machines à coudre dans l’air ambiant, ils créent une ambiance charmante le long des ruelles de cette ville des tabi. La reconversion de ces entrepôts génère également de nouvelles excitations pour la ville.